Visite du Président de la République, Emmanuel Macron à l'Hôpital du Kremlin-Bicêtre le 09.04.20

Etablissement Article publié le 23 juin 2020

A l’occasion d’une réunion organisée sur les développements thérapeutiques expérimentaux et à venir pour traiter l’épidémie de COVID-19, le Président de la République, Emmanuel Macron, s’est rendu le 9 avril 2020 sur le site de l’Hôpital de Bicêtre. Il a ainsi rencontré, au sein du bâtiment Barre Sinoussi, les équipes soignantes et de recherche pleinement impliquées dans la lutte contre ce virus.

Etaient présents à cette réunion sur les protocoles de recherche thérapeutiques pour traiter l’épidémie de COVID-19, outre le Président de la République, la conseillère scientifique de l’Elysée Anne-Marie Armanteras, le Président du Conseil Scientifique COVID-19 Jean-François Delfraissy, le Professeur Xavier Mariette (Président du Conseil Scientifique de la Faculté de Médecine) principal investigateur du projet CORIMUNO-19, le Professeur Olivier Hermine co-principal investigateur du projet CORIMUNO-19, le Professeur Stéphane Jaureguiberry Chef du Service des maladies infectieuses de Bicêtre, le Professeur Philippe Ravaud Directeur du Centre d’Epidémiologie de l’Hôtel Dieu et en charge de la plateforme des essais promus par l’AP-HP sur le COVID-19, le Professeur Jacques Duranteau Président de la Commission médicale d’établissement locale (CMEL) du GHU Paris-Saclay, la Professeure Cécile Goujard Chef de service de médecine interne, Martin Hirsch Directeur de l’AP-HP, Monsieur Kassel Directeur du GHU Paris Saclay et le Doyen de la Faculté de médecine Paris-Saclay Professeur Didier Samuel.

Les échanges ont porté sur l’impact de l’épidémie COVID-19, les pistes des essais thérapeutiques, notamment CORIMUNO-19, promu par l’AP-HP essai de médicaments immuno-modulateurs chez des patients hospitalisés, l’essai international DISCOVERY, promu par l’Inserm et sur d’autres pistes thérapeutiques, y compris celle de l’hydroxychloroquine associée à l’Azythromycine.

Cette rencontre a été l’occasion de signaler la mobilisation extraordinaire des équipes soignantes et également des équipes investigatrices en recherche clinique pour comprendre l’épidémie et dégager des pistes thérapeutiques. Les délais de mise en place des essais cliniques ont été significativement raccourcis grâce à l’implication des promoteurs, des investigateurs, des comités de protection des personnes (CPP) et de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Il a été rappelé au cours de cet entretien l’importance de la recherche fondamentale en virologie sur ce nouveau coronavirus, la compréhension de son cycle de réplication, son écosystème, afin de déterminer les cibles thérapeutiques permettant soit de développer un vaccin, soit de développer un traitement spécifique.

Un point particulier a été abordé au cours de cet échange sur le fait que “Après doit être différent d’Avant“, sur l’importance d’un soutien pérenne aux hôpitaux, et d’un soutien significatif à la recherche en santé après cette crise. Des leçons doivent être tirées de cette épidémie.

© Elysée
© Elysée